Rencontre avec Enrico Macias

Enrico Macias

Samedi 31 janvier, Enrico Macias était en concert à Dugny où il s’était déjà produit dans les années 80. Un événement qui a été plébiscité par le public qui s’est pressé dès le début de soirée, n’hésitant pas à braver le froid. Et dans la salle, l’ambiance était exceptionnelle. Inoubliable pour le public, cette soirée a également enchanté Enrico Macias que nous avons rencontré à l’issue du concert.

Vous étiez à l’Olympia le 14 janvier et à Dugny ce soir. Avez-vous proposé le même spectacle et qu’avez-vous pensé du public dugnysien ?

J’ai chanté les mêmes chansons dans le spectacle de ce soir que dans celui que j’ai donné à l’Olympia. Et dans les deux cas, j’ai trouvé un public formidable. Ce soir, l’ambiance était vraiment bonne. Entendre le public chanter, le voir danser… chaque représentation est une fête.

Après plus de cinquante ans de carrière, comment arrivez-vous à choisir les chansons que vous interprétez sur scène ?

Chaque chanson explique une partie de mon parcours. En fonction des chansons que je choisis, le spectacle que je propose peut être complètement différent. J’ai des incontournables bien sûr et des chansons qui me tiennent particulièrement à cœur comme Folle espérance ou S’il fallait tout donner. S’il fallait tout donner pour qu’il n’y ait plus de souffrance dans le monde, c’est sûr que je n’hésiterais pas une seconde !

Ce soir, vous avez fini votre tour de chant par « Enfant de tout pays ». Etait-ce un message ?

Cette chanson, je l’ai écrite en 1963 et elle est toujours autant d’actualité. C’est d’ailleurs le cas de nombreuses chansons que j’ai écrites comme Folle espérance, de Noël à Jérusalem ou de Aimez-vous les uns les autres. J’aimerais que le monde vive en paix. Je suis convaincu que la violence ne servira jamais à régler aucun problème. Je ne perds pas espoir. D’ailleurs, la marche du 11 janvier suite aux attentats des 7 et 9 janvier nous a redonné de l’espoir. Et si les gens continuent de m’écouter chanter, c’est que j’ai raison de passer des messages d’espoir. Je ne chante pas pour moi mais pour l’avenir.

Rencontre avec Enrico Macias
Rencontre avec Enrico Macias
Rencontre avec Enrico Macias
Rencontre avec Enrico Macias
Rencontre avec Enrico Macias
Rencontre avec Enrico Macias
Rencontre avec Enrico Macias
randomness